Un peu d'histoire...

 

Nos racines

Tissés Serrés, danse traditionnelle est né en 2021 de la fusion des Ensembles folkloriques Les Pieds Légers de Laval et Les Bons Diables.
Comme rien n’arrive par hasard, notre année de lancement correspond également à la fête du 45e anniversaire des Pieds Légers et du 25e anniversaire Bons Diables.
C’est sous l’impulsion d’un jeune groupe de danseurs et danseuses de la paroisse de Saint-Elzéar, à Laval, que Les Pieds Légers voient le jour en 1975. Cinq ans plus tard, sous la direction de Sylvie Lessard, la troupe de l’ensemble, composée de 17 danseurs et danseuses, présente son premier spectacle annuel: «Folklore des peuples». Fondés en 1996 par des parents qui voulaient s’assurer que leurs jeunes passionnés puissent danser ensemble, Les Bons Diables se sont construits au fil du temps comme une grande histoire de famille, sous la direction originale de Lise Maillet. On ne compte donc évidemment maintenant plus les groupes où deux, trois, voire quatre frères et sœurs ont partagé le plancher de danse.
Chacun des Ensembles a surtout su s’ancrer de manière organique dans son milieu. L’organisation de nombreuses veillées de danse, tout comme des projets tels que «J’aime mon Trad» des Pieds Légers, ont su diffuser à une échelle locale et conviviale la passion du folklore québécois. Des événements lavallois de plus grande envergure, comme les célébrations de la Saint-Jean-Baptiste, furent autant d’occasions pour Les Pieds Légers et Les Bons Diables de briller, parfois côtes à côtes, devant public. Chacune des écoles de danses a accueilli les jeunes et moins jeunes de l’Île Jésus, pour s’inscrire durablement dans la vie de la communauté. Le clou de chacune des saisons de danse reste néanmoins les spectacles annuels. C’est de cette tradition et de ce milieu qu’est issue l’équipe de Tissés Serrés, témoignant de l’excellence et de la passion dont des générations ont su faire preuve.
 

Des souliers qui ont beaucoup voyagé

Fiers représentants de la danse traditionnelle québécoise, Les Pieds Légers et Les Bons Diables ont usé leurs souliers sur les scènes de plusieurs continents! La quinzaine de voyages de chaque ensemble compte sans doute parmi les souvenirs les plus marquants des danseurs et danseuses. Depuis la première tournée des Pieds Légers en 1988, et celle des Bons Diables en 1998, le plaisir contagieux et l’excellence explique les éloges reçus. On pense notamment au prix coup de coeur du public pour Les Pieds Légers au World Folk Review INTEGRATION à Poznań (Pologne, 2018), ou au prix d’excellence du CIOFF pour Les Bons Diables suite à sa tournée en Belgique et aux Pays-Bas (2012). À l’échelle provinciale, de nombreuses tournées ont été réalisées: Beauce, Îles-de-la-Madeleine, Québec, et bien sûr, le Mondial des cultures de Drummondville. 

 

L’union fait la force

Ces dernières années, Les Pieds Légers et Les Bons Diables en sont venus à se questionner sur leur avenir respectif, et ont profité de cette période d’incertitude pour se tendre la main. Nuls doutes, nous étions arrivés au moment idéal pour joindre nos forces et mettre en commun nos ressources. C'est  sous l’impulsion des jeunes membres de la troupe que le projet a débuté, avec Lük Fleury dans le rôle de médiateur lors de notre première rencontre. Conclusion: malgré le défi qu’une fusion représentait, nous ne voulions plus évoluer parallèlement dans la même ville; nous voulions poursuivre notre mission ensemble. Tout devait être fait, à commencer par repenser ce que nous voulions être comme groupe. Ce processus a été facilité par la complémentarité de chaque organisme. L’expérience administrative, patrimoniale et ethnologique de Charlotte Kelly aux Pieds Légers, et l’expérience artistique et pédagogique de Stéphanie Boulay aux Bons Diables, ont facilité une mise en commun respectueuse de nos bagages respectifs et de nos expertises.  
Cette démarche, qui s’est étalée sur plus de deux ans, a été rendue complexe par la pandémie de la COVID-19. Malgré la distanciation, nous avons continué d’avancer, même s’il fallait apprendre les pas de gigue du répertoire commun par Zoom. Un processus de consultation des membres des deux organismes a permis de définir le nouveau nom: Tissés Serrés, danse traditionnelle. Au printemps 2021, nous avons conclu notre campagne de sociofinancement qui a permis de financer le lancement de notre nouvelle identité visuelle.
Nous avons présenté notre premier contrat de spectacle sous notre nouveau nom le 25 mai 2021 dans le cadre du Festival des Arts de Montréal-Nord. Tissés Serrés symbolise à la fois les liens qui furent, qui sont, et qui seront créés entre nous.